voile_islamique_burqa_hijab_niqab_tchador_reuters_1_

Mahomet_3

Les principales règles de la loi coranique, la charia

 

Obligations  des Croyants

La charia réglemente  la totalité de vie du Croyant : le droit de la famille, la vie en société, le respect de la religion musulmane. La charia définit des sanctions d’une gravité variable pour le non- respect de ces règles. De la distribution obligatoire d’aumônes aux pauvres à la peine de mort.

Il n’existe pas dans le Coran de Sourate spécifiquement consacrée à la Charia. Les règles de celle- ci sont énumérées « en vrac » dans de nombreuses sourates et versets, sans ordre apparent préétabli.

Nous n’avons pas la prétention d’être exhaustif tellement le nombre et le volume de ces obligations sont considérables. Nous nous contenterons donc de signaler et le cas échéant de commenter celles qui semblent les plus importantes.

De nombreuses dispositions de la loi coranique régissant la polygamie, le divorce, la répudiation, les relations des maîtres avec leurs esclaves.

Contrairement à la Bible et au christianisme, le Coran et l’islam n’ont jamais remis en cause l’esclavage comme institution dans la société ; néanmoins, au XXIème siècle l’esclavage a été aboli dans certains pays musulmans mais subsiste dans d’autres, plus ou moins officiellement : Arabie saoudite, Emirats Arabes Unis, Pakistan, Soudan…

Les règles sur le partage des biens entre héritiers lors des successions, les droits successoraux  respectifs des héritiers  filles et garçons, les sanctions contre la femme en cas d’insoumission, de désobéissance à son mari, d’adultère ou de soupçon d’adultère etc…sont totalement contraires au Code civil et au Code pénal français, et donc incompatibles avec ceux- ci.

Sources :

  • « Le Coran », Petite bibliothèque Payot, 2001, Traduction de l’arabe par Edouard Montet, 2 tomes, Préface de Malek Chebel (136 pages)
  • « Le Saint Coran » en arabe et en français, 2009, Editions Dar-Albouraq, Beyrouth, Liban – face Université Al Azhar
  • "le Saint Coran" traduction de référence, par Editions AlBouraq - juillet 2008 - en français uniquement, livre de poche, Dar - AlBouraq, Beyrouth (Liban)

On relève fréquemment des différences entre les deux traductions ; mais pour autant que nous ayons pu en juger, ces différences sont minimes ou relativement minimes, elles ne touchent pas  l’essentiel de la signification des versets.

Nous utilisons ci-dessous le texte de 2001.

  1. 1.     Interdits alimentaires :

Sourate 2, verset 168

« Il (Allâh) vous a seulement interdit de manger les animaux morts, le sang, la chair de porc, et toute chair sur laquelle un nom divin autre qu’Allâh. Mais celui qui y est contraint par la nécessité, sans être rebelle ou transgresseur, il n’y a pas de péché pour lui. En vérité, Allâh pardonne ; Il est miséricordieux. »

Sourate 5 verset 4

« Ce qui vous est défendu, ce sont les (animaux) morts d’eux-mêmes, le sang, la viande de porc, ce qui est sacrifié à un Dieu autre qu’Allâh, les bêtes étouffées, assommées, tuées par une chute ou d’un coup de corne, mangées par une bête féroce, à moins que vous ne les ayez égorgées à temps, ce qui a été immolé sur un autel païen. Ne les partagez pas (en tirant au sort) les flèches. (…) Craignez Moi ! »

Voir aussi S.6, v. 146 qui reprend sensiblement le verset 4 de la sourate 5.

L’idée de ces versets est qu’on ne peut consommer que des animaux qui ont été préalablement vidés de leur sang, dans la mesure où il semble qu’un animal mort ne peut être complètement et sûrement vidé de son sang (biftecks « saignants »).Affirmation sous réserve de l’avis de professionnels de la boucherie.

C’est  donc la justification de l’abattage halal (qui en arabe signifie « bon pour la consommation »). On retrouve cet interdit dans la religion juive avec la prescription par la Torah de la viande « kasher » (bonne à consommer) par égorgement de l’animal pour le vider de son sang alors qu’il est toujours vivant…

L’abattage halal a fait l’objet de nombreuses études du point de vue hygiénique et sanitaire, car il est établi qu’il fait peser des risques sur la santé des consommateurs. Et aussi en ce qui concerne les souffrances que ce mode d’abattage inflige aux animaux. Voir sur ce blog notre analyse spécifique de ces questions.

S. 5 v.92

Ô vous qui croyez ! Le vin, le jeu de hasard, les Ansab et les flèches du sort ne sont qu’une abomination de l’œuvre de Satan ; tenez vous-en à l’écart ; peut-être alors serez vous heureux. »

NdT : Ansab signifie pierres plantées, dressées et objets d’un culte. On en trouve par exemple sur le site de Petra (Jordanie) dans le grand canyon d'entrée sur le site, où elles sont appelées "bétels". De là le sens d’idoles et des statues des religions païennes. Les Ansab correspondent aux Massebôt (pierres plantées, objet d’un culte) de l’Ancien Testament, et aux menhirs de Bretagne.

D’ après ce verset 92 de la sourate 5 le vin est interdit aux croyants.

  1. 2.     La loi du talion

Sourate 2 v. 173

Ô vous qui croyez ! La loi du talion vous est prescrite pour le meurtre : l’homme libre pour l’homme libre, l’esclave pour l’esclave, la femme pour la femme, (…)

Autrement dit chaque meurtre doit être puni de la peine de mort pour le meurtrier.

NdT : Il est à peine besoin d’observer  que dans le Coran la loi du talion est empruntée à la législation de l’Ancien testament.

 

S.2 v. 175 : « Pour vous dans la loi du talion est la vie. (NdT : ce qui veut dire : « Le châtiment, en retenant les hommes de mal agir, sauve leur vie. » Ô vous qui possédez l’intelligence ! Peut-être finirez vous par craindre Allâh ! »

 

  1. 3.     Le Ramadan

S. 2 v.179.

Ô vous qui croyez ! Le jeûne vous a été prescrit de même qu’il a été prescrit à ceux qui vous ont précédés. Peut-être craindrez  vous (Allâh).

 

S.2 v.180.

(Le jeûne durera ) un certain nombre de jours. Mais celui d’entre vous qui est malade ou en voyage (devra jeûner) un autre nombre de jours. (…)

S.2 v. 183

« Pendant la nuit du jeûne est licite pour vous la cohabitation avec vos femmes. Elles sont pour vous un vêtement, et vous êtes pour elles un vêtement. (…) maintenant ayez commerce avec elles et désirez ce qu’Allâh a prescrit pour vous. Mangez et buvez jusqu’à ce qu’on puisse distinguer un fil blanc d’un fil noir, à l’aube du jour. Alors, observez le jeûne jusqu’à la nuit, et n’ayez pas commerce avec elles.

Quant à vous, passez votre temps dans les mosquées. Ce sont là les limites (fixées) par Allâh ; n’en approchez pas (de peur de les violer) (…)

Les versets suivants ont trait aux modalités du pèlerinage à La Mecque.

 

  1. 4.  Relations des Croyants avec les femmes; le Mariage

"99 Hadiths du Prophète Muhammad" (Le salut et la Paix d'Allâh soient sur Lui !)

site http://www.islamhouse.com/

<51)    Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Ô vous les jeunes ! Que celui qui est en mesure de se marier parmi vous le fasse ! C’est mieux pour le regard et plus chaste pour les parties génitales. Que celui qui ne peut se marier jeûne alors, car le jeûne lui sera un bouclier. ». Rapporté par Boukhâry et Mouslim.

 

52)    Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Quatre choses contribuent au bonheur : une femme pieuse, un vaste logement, un voisin vertueux et une monture satisfaisante ; et quatre choses participent au malheur : un mauvais voisin, une mauvaise femme, une mauvaise monture et un logement étroit. » Authentifié par Albâny dans Sahîh Aljâmi’.

 

53)    Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « On demande la main d’une femme pour quatre raisons : ses biens, sa noblesse, sa beauté et son degré de religion. Choisis celle qui est pieuse, tu seras gagnant ! » Rapporté par Boukhâry et Mouslim.>>

 

Hadith : « Qu’aucun d’entre vous ne frappe sa femme comme on bat un esclave pour ensuite dormir avec elle la nuit. »

(Rapporté par Al Boukhâry et Muslim)

Le divorce
60)    Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Le croyant ne doit pas détester sa femme, car si un comportement en elle lui déplaît, un autre lui plaira. » Rapporté par Mouslim.
61)    Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Veuillez du bien aux femmes. Elles ont été créées d’une côte et la côte la plus tordue est celle de la partie supérieure. Si tu cherchais à la redresser, tu la briserais, mais si tu la laissais ainsi, elle resterait tordue, je vous enjoins donc d’être bons avec les femmes. » Rapporté par Boukhâry et Mouslim. On trouve dans une autre version rapportée par Hâkim : « Les femmes ont été créées d’une côte, si tu cherchais à la redresser, tu la briserais, conduis-toi bien avec elle et vous pourrez vivre ensemble. » On trouve dans une autre version « divorcer revient à la briser. » Rapporté par Mouslim.
 Sourates et versets du Coran

S.2 v. 220

« N’épousez pas de femmes idolâtres, tant qu’elles n’auront pas cru. Assurément, une esclave croyante vaut mieux qu’une femme idolâtre quand même elle vous plairait. Ne mariez pas vos filles aux hommes idolâtres, tant qu’ils n’auront pas cru car un esclave idolâtre vaut mieux qu’un  idolâtre, quand même il vous plairait. »

S.2 v. 222

Ils t’interrogeront sur les règles (des femmes). Dis : « c’est un mal. » Séparez vous de vos femmes pendant les règles, et n’approchez pas d’elles jusqu’à ce qu’elles soient purifiées (…)

S.2 v.226

Quant à ceux qui se détournent de leurs femmes, un délai de quatre mois leur est accordé (NdT : Pour qu’ils aient le temps de réfléchir, et que le divorce n’ait pas lieu à la légère).

Le divorce, la répudiation

Sourate 65 AT-TALAQ (LE DIVORCE) 12 versets Post-Hégire

La sourate 65, versets 1 à 12, pose le principe du droit pour un musulman de répudier sa femme ou l'une de ses femmes. Cette sourate en définit de plus les modalités d'application. Lesquelles varient sensiblement entre les courants sunnite et chiite.

  


 

Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

 

1. Ô Prophète! Quand vous répudiez les femmes, répudiez-les conformément à leur période d'attente prescrite; et comptez la période; et craignez Allah votre Seigneur. Ne les faites pas sortir de leurs maisons, et qu'elles n'en sortent pas, à moins qu'elles n'aient commis une turpitude prouvée. Telles sont les lois d'Allah. Quiconque cependant transgresse les lois d'Allah, se fait du tort à lui-même. Tu ne sais pas si d'ici là Allah ne suscitera pas quelque chose de nouveau!

 accordera Ses dons par

Répudiation d'une épouse par son mari

Un lecteur de ce blog conteste que le Coran autorise aux hommes musuilmans de répudiez leur(s) épouse(s).Il critique la citation d'un extrait du livre "Dévoilée" de 2007.ffirmer cela, c'est nier la réalité  ! Sans doute la Sourate 65.1 ne dit pas ""Vous avez le droit de répudier vos femmes conformément à..;"Elle dit "Quand vous répudiez les femmes..." .
Donc le Coran reconnaît bien aux hommes le droit de répudier leurs femmes.

Droit de répudiation  qui existant en France jusqu'au XVIIIème siècle , et a été supprimé par la loi civile française lors de la Révolution de 1789, laquelle a par ailleurs introduit le divorce dans la loi civile.

Question subsidiaire n°1 :  le droit de répudiation étant autorisé par le Saint Coran mais interdit par la loi  civile française, les musulmans vivant en France peuvent- ils licitement répudier une épouse ?

Vis à vis du Coran : oui; vis à vis de la loi française : non.

Question subsidiaire n°2 : peuvent- ils licitement épouser deux, trois, quatre femmes comme autorisé par le Saint Coran ?

La polygamie ets interdite par la loi française. Même réponse que pour la question précédente.

Autre aspect :

Si un mari peut répudier son épouse ou l'une de ses épouses,; l'inverse n'est pas possible : une femme ne peut répudier son mari. Par contre elle peut demander le divorce, mais celui- ci n'est possible que si son mari l'accepte.Parfois contre paiement d'une indemnité.

Extrait du livre de Norah SHARIFF (2007) "Dévoilée" Editions Succès du Livre" :

"...page 76 : " -Je n'arrive plus à te contrôler, ni toi ni tes fillles. Vous êtes le fruit de Satan et la religion m'ordonne de te  quitter, femme. Mais avant, je dois me purifier. Selon tes dires, ces bâtardes sont mes filles.Mais il n'en est rien. Je décline toute responsabilité envers elles. Je te répudie, je te répudie, je te répudie !

Dans la religion islamique, quand le mari répudie sa femme trois fois, il est considéré comme divorcé. C'est une sorte de formule magique qui sépare les couples mariés; seul l'homme peut la prononcer.La femme musulmane n'a pas ce droit, bien évidemment..."

S.2 v.228

Les femmes répudiées attendront trois périodes (NdT : avant de se remarier les femmes divorcées devront attendre que le temps de trois menstrues soit écoulé) (…) Allâh est puissant ; Il est Sage.

 

Les nombreux versets suivants sont consacrés aux modalités du divorce. L’époux doit notamment laisser  à la femme divorcée ou répudiée les biens qu’il a pu lui donner (douaire = dot).

 

__________

 e Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

 

 

 

1. Ô Prophète! Quand vous répudiez les femmes, répudiez-les conformément à leur période d’attente prescrite; et comptez la période; et craignez Allah votre Seigneur. Ne les faites pas sortir de leurs maisons, et qu’elles n’en sortent pas, à moins qu’elles n’aient commis une turpitude prouvée. Telles sont les lois d’Allah. Quiconque cependant transgresse les lois d’Allah, se fait du tort à lui-même. Tu ne sais pas si d’ici là Allah ne suscitera pas quelque chose de nouveau!(2)

 

 

 

 

Sourate  65 - At-Talâq : Le Divorce(1)-   - 12 versets -    - Post-hégirien n° 99

 

 

 

_____________________________________________________

 

 

 

 

Au nom de Dieu, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

 

 

 

1. Ô Prophète! Quand vous répudiez les femmes, répudiez-les conformément à leur période d’attente prescrite; et comptez la période; et craignez Allah votre Seigneur. Ne les faites pas sortir de leurs maisons, et qu’elles n’en sortent pas, à moins qu’elles n’aient commis une turpitude prouvée. Telles sont les lois d’Allah. Quiconque cependant transgresse les lois d’Allah, se fait du tort à lui-même. Tu ne sais pas si d’ici là Allah ne suscitera pas quelque chose de nouveau!(2)

 

 

 

2. Puis quand elles atteignent le terme prescrit, retenez-les de façon convenable, ou séparez-vous d’elles de façon convenable; et prenez deux hommes intègres parmi vous comme témoins. Et acquittez-vous du témoignage envers Allah. Voilà ce à quoi est exhorté celui qui croit en Allah et au Jour dernier. Et quiconque craint Allah, Il Lui donnera une issue favorable,

 

 

 

3. et lui accordera Ses dons par

Sourate  65 - At-Talâq : Le Divorce(1)-   - 12 versets -    - Post-hégirien n° 99

 

_____________________________________________________

 

Au nom de Dieu, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

 

1. Ô Prophète! Quand vous répudiez les femmes, répudiez-les conformément à leur période d’attente prescrite; et comptez la période; et craignez Allah votre Seigneur. Ne les faites pas sortir de leurs maisons, et qu’elles n’en sortent pas, à moins qu’elles n’aient commis une turpitude prouvée. Telles sont les lois d’Allah. Quiconque cependant transgresse les lois d’Allah, se fait du tort à lui-même. Tu ne sais pas si d’ici là Allah ne suscitera pas quelque chose de nouveau!(2)

 

2.ent le terme prescrit, retenez-les de façon convenable, ou séparez-vous d’elles de façon convenable; et prenez deux hommes intègres parmi vous comme témoins. Et acquittez-vous du témoignage envers Allah. Voilà ce à quoi est exhorté celui qui croit en Allah et au Jour dernier. Et quiconque craint Allah, Il Lui donnera une issue favorable,

 

 

  1. 5.       Les règles de succession :

 

sourate 4 « les femmes »

 

S.4 versets 1 à 42 : ils fournissent dans le détail le mode de partage des biens entre parents défunts et enfants dans les différents cas qui peuvent se présenter.

S.4 v.3

« Si vous craignez de n’être pas justes à l’égard des orphelins, épousez ce qui vous (paraîtra) bon d’entre les femmes, deux ou trois ou quatre ; et si vous craignez de n’être pas justes, sauf à l’égard d’une seule ou à l’égard de ce que possède votre (main) droite, cela vous aidera à n’être pas partiaux. Donnez librement à vos femmes leurs dots, et si elles sont assez bonnes pour vous en remettre une part, jouissez en avec aide et commodité. »

NB . - Le sens de ce verset n’est pas clair en raison de l’expression « sauf à l’égard d’une seule ».Car cette phrase ne se comprend pas bien. Le « Saint Coran » de 2009 donne une traduction différente du verset 3, beaucoup plus claire :

« Et si vous craignez de n’être pas justes envers les orphelins…Il est permis d’épouser deux, trois ou quatre parmi les femmes qui vous plaisent, mais si vous craignez de n’être pas justes avec celles- ci, alors une seule, ou des esclaves que vous possédez. Cela afin de ne pas faire d’injustice (ou afin de ne pas aggraver votre charge de famille). »

NB. – Autrement dit le croyant peut se marier avec une, deux, trois ou quatre femmes. La polygamie est permise jusqu’à quatre épouses, mais il est aussi possible de n’épouser qu’une seule femme ou des esclaves… Le site Internet www.islamweb.com/ expose nombre de précisions sur les modalités selon lesquelles la polygamie peut être exercée.

Les versets suivants exposent en détail les droits de succession dans la famille.

 Exemple : S.4  v. 12 « Allâh vous recommande de léguer à vos enfants : pour un enfant de sexe masculin la portion de deux enfants du sexe féminin. » (…) Telle est la loi d’Allâh ! En vérité, Allâh est savant ; il est sage. »

 

v.14 : A elles (vos épouses) le quart de ce que vous laisserez, si vous n’avez pas de fils ; mais si vous avez un fils, à elles le huitième de ce que vous laissez, après le paiement des legs et des dettes . »

 

  1. 6.     Peines pour vol, adultère

 

S.4 v. 19 : Contre celles de vos femmes qui ont commis l’adultère, appelez quatre témoins d’entre vous et s’ils témoignent (si leur témoignage est unanime), gardez les dans les maisons jusqu’à ce que la mort les enlève ou qu’Allâh leur procure un moyen de salut.

NB. - La traduction de 2008 du Saint Coran est sensiblement différente : à S. v. 19 correspond S.4 v. 15 : "Celles de vos femmes (*) qui forniquent, faites témoigner à leur encontre quatre d'entre vous. S'ils témoignent, alors confinez ces femmes dans vos maisons jusqu'à ce que la mort les rappelle ou qu'Allâh décrète un autre ordre à leur égard."

(*) Le Coran de 2008, page 97 contient le renvoi de bas de page suivant : "Celles de vos femmes : les femmes musulmanes, qu'elles soient mariées ou pas."

On remarque dans la seconde traduction le terme "forniquer" au lieu de "adultère". Ce qui soulève un problème d'interprétation. En effet :

"Adultère" signifie "avoir des relations sexuelles autres qu'avec son conjoint" (dictionnaire Le Robert de 2006). Le Petit Larousse grand format de 2003 de son côté précise "le fait pour un époux d'avoir des relations sexuelles avec une autre personne que son conjoint". Donc selon le Larousse, qui en donne la définition classique habituelle, le terme"adultère" ne s'applique qu'aux hommes et femmes mariés, pas à ceux qui vivent en concubinage. Alors qu'il résulte du  ROBERT que le terme "adultère" peut s'appliquer à des gens non mariés...

"signifie plus largement pour le ROBERT : " avoir des relations sexuelles coupables" = allusion aux loges voûtées "fornix" des prostituées à Rome dans l'Antiquité".

Autrement dit "forniquer" désignerait essentiellement - pour un homme - "des relations sexuelles avec des prostituées". Mais alors cette interprétation ne s'applique pas bien aux femmes visées par la sourate 4 verset 15 dans la traduction de 2008. Car les femmes de l'entourage d'un Croyant ne peuvent pas être des prostituées.

 .

Conclusion : d'après la définition du Petit Larousse c'est le terme "adultère" qui semble le mieux adapté : ici, le fait pour une des femmes du Croyant d'avoir eu des relations sexuelles avec un autre que ledit Croyant.

S'agissant de l'une de ses 4 épouses officielles autorisées par le Coran, pas de problème.

Mais si l'interdiction de l'adultère s'applique aussii aux "femmes non mariées" donc  à ses concubines, ainsi que l'écrit la traduction de référence d'AlBouraq, ces cas ne s'appliquent plus à la définition de "adultère" donnée par le Larousse de 2003. En revancjhe ils sont compatibles avec celle donnée par le ROBERT de 2006...

Notons que les Dix Commandements de la Bible des chrétiens contiennent l'interdiction de l'adultère, compris comme s'adressant aux personnes mariées, hommes et femmes -

 

S.4 v. 34

Quiconque agira ainsi par méchanceté ou injustice, Nous le ferons brûler par le feu ; cela est facile à Allâh. »

(NB. - Dans le verset précédent 33 Allâh demande aux croyants de « ne pas se tuer eux- mêmes ». Ce qui d’après le traducteur ne signifie pas « ne pas se suicider » mais « Ne courez pas vous-mêmes à votre perte. »)

S. 5 verset 42 : «  Quant au voleur et à la voleuse, coupez leurs mains à tous deux comme rétribution de ce  qu’ils ont acquis (par leurs vols) : c’est le châtiment d’Allâh. Car Allâh est puissant ; Il est sage. »

Ces mutilations et autres peines prévues par la charia comme la lapidation des femmes adultères ne sont actuellement appliquées que dans certains pays musulmans où règnent les extrémistes islamistes : Nord- Nigéria, Pakistan, Nord-Mali, Arabie saoudite…Ces pratiques de la charia ont cessé au Nord- Mali depuis l'intervention militaire de la France au Mali en 2013, qui en chassant les intégristes hors du Mali, y a mis fin.

Le verset 29 traite des modalités de mariage avec des femmes esclaves (prisonnières de guerre) : …. Epousez les avec la permission de leur famille (de leurs maîtres) et donnez leur un douaire d’une manière convenable. Elles doivent être chastes, ne pas forniquer ; et qu’elles ne reçoivent pas d’amants.

v.30 Mais si, une fois mariées, elles commettent l’adultère, infligez leur la moitié de la pénalité qui frappe  les femmes (adultères). Cela est pour celui d’entre vous qui craint le péché charnel (l’adultère). Mais il vaut mieux pour vous user de patience. Allâh pardonne. Il est miséricordieux. »

NdlR : la pénalité qui frappe les femmes libres adultères est, selon la sourate 4 verset 19, l’emprisonnement jusqu’à la mort. En pratique, également la lapidation.Le sens du verset 30 n’est donc pas clair : car en quoi consiste la moitié d’une peine d’emprisonnement jusqu’à la mort ?

La peine de mort pour adultère commis par la femme, libre ou esclave mariée, emmurée jusqu’à mourir de faim et de soif, est à comparer avec celle prévue pour les « débauchés » c’est-à-dire les prostitué(e)s : cent coups de fouet.

 

  1. 7.     Peines pour les prostitué(e)s - appelés "débauché(e)s"

Sourate 24 verset 2 :

« Il s’agit de la débauche et des débauchés. Infligez à chacun d’eux (l’homme et la femme coupables) cent coups de fouet. Que la pitié à leur égard ne vous arrête pas (dans l’application du châtiment) .dans la religion d’Allâh, si vous croyez en Allâh et au jour dernier. Et qu’un certain nombre de croyants soient témoins de leur châtiment.

Verset 3 :

Le débauché ne doit épouser qu’une débauchée ou une  idolâtre, et la débauchée ne doit épouser qu’un débauché ou une idolâtre. Allâh a défendu ces alliances aux croyants. »

Verset 4

Ceux qui portent (de fausses) accusations contre des femmes honnêtes, sans produire quatre témoins, seront frappés de quatre- vingt coups de fouet ; désormais leur témoignage ne sera plus admis, car ce sont des ouvriers d’abominations. »

Etc…

 

  1. 8.     Statut social des hommes et des femmes

 

S. 4  v. 38

Les hommes sont supérieurs aux femmes par le fait qu’Allâh en a élevé plusieurs au-dessus des autres (1), et aussi par le fait qu’ils dépensent de leur  fortune (2). Les femmes vertueuses sont dévouées, conservant avec soin pendant l’absence (de leurs époux) ce qu’Allâh a gardé avec soin pour elles. Quant à celles dont vous redoutez l’inconduite, avertissez les, et reléguez les dans les chambres à coucher (à part) et battez les ; (mais) si elles vous obéissent, ne cherchez point de voies contre elles. En vérité, Allâh est haut ; Il est grand. »

 

NdT : (1) le sens de ce verset paraît être : ce qui fait la supériorité des hommes, c’est que ce sont seulement eux qu’Allâh, à cause des qualités qui leur sont propres, élève aux plus hautes places dans la société.

(2) Ce sont les hommes qui doivent faire les dépenses que nécessite la vie.

Ndlr :Il existe des exceptions : la première épouse de Mahomet, Khadidja, était une riche veuve alors que Mahomet était pauvre.

 

S.4 v.59

En vérité, ceux qui ne croient pas à Nos Signes, Nous les brûlerons dans le Feu. Chaque fois que leurs peaux auront été consumées, Nous leur donnerons d’autres peaux, pour qu’ils puissent sentir le supplice. En vérité Allâh est puissant ; Il est sage.

Ndlr : Ce verset fait immédiatement penser à l’incendie des tours jumelles du World Trade Center de New York  le 11 septembre 2001.

 

S.4 v. 94

Ce n’est pas à un croyant de tuer un autre croyant, à moins que ce ne soit par erreur. Celui qui tue un croyant par erreur affranchira un esclave croyant ; le prix du sang doit être payé à sa famille, à moins qu’il ne soit distribué en aumônes. »

 

v. 95

Quant à celui qui tue volontairement un croyant, sa récompense sera l’Enfer ; il y demeurera éternellement. Allâh sera irrité contre lui ou préparera pour lui un supplice terrible.

 

Ndlr : d’après ces deux versets, le criminel Mohammed Merah est en Enfer. Car il a assassiné deux militaires français musulmans. Ce qui ne peut être un acte conforme au Djihâd, lequel vise les Incroyants et non les musulmans.Le même problème se pose en Syrie, où des groupes extrémistes intégristes et l'armée du régime tuent des musulmans de l'ASL (Armée Syrienne Libre) et inversement.

 

  1. 9.     Tenue vestimentaire des femmes

 

S. 24 v.30 : Dis aux croyants qu’ils baissent leurs regards et qu’ils observent la continence (*). Cela est plus pur pour eux. En vérité Allâh est au courant de ce qu’ils font.

 

verset 31 : «  Dis aux croyantes qu’elles baissent leurs regards et qu’elles observent la continence (*) et qu’elles ne fassent voir de leurs ornements que ceux qui sont extérieurs (**), qu’elles couvrent de  leurs voiles leurs seins, qu’elles ne laissent voir leurs ornements qu’à leurs maris ou à leurs pères, ou aux pères de leurs maris, ou à leurs fils, ou aux fils de leurs maris, ou à leurs frères, ou aux fils de leurs frères, ou aux fils de leurs sœurs, ou à leurs femmes, ou à leurs esclaves, ou à leurs domestiques mâles dépourvus (….)

 

(*) NdT : Littéralement : qu’ils (elles) gardent (qu’ils et elles veillent sur) leurs parties sexuelles

(**) NdT : par exemple les bracelets, mais pas les colliers ni les bijoux qui sont portés sur la poitrine.

 

S.33 v. 59

Ô toi Prophète ! Dis à tes épouses et à tes filles, et aux femmes des croyants, de laisser tomber jusqu’en bas leur robe de dessus (*). Il sera plus facile ainsi (d’obtenir ) qu’elles ne soient pas reconnues et qu’elles ne soient point  offensées. Mais Allâh est pardonneur et miséricordieux !

 

(*) NdT : le mot arabe désigne la robe très ample qui se met par-dessus tous les autres vêtements et recouvrant la femme de la tête aux pieds.

Ndlr : Il ne résulte nullement de ces versets que la femme musulmane doive se recouvrir la tête de façon à se voiler la face. Il s’agit d’une interprétation extensive du Coran, qui ne repose sur aucun fondement. Certains pays musulmans ont même interdit le voile islamique sous toutes ses formes, comme la Turquie, la Tunisie, l’Ouzbékistan (l'auteur l'a personnellement constaté) et les autres ex- Républiques soviétiques musulmanes d’Asie centrale. Et cette interdiction du voile pour les femmes est toujours respectée en 2013 dans ces pays.